Que faire quand on est malade ?

 » Etre malade pourrait presque être une partie de plaisir, jusqu’à ce que l’on n’habite plus avec sa mère « 

C’est dans ces moments où l’on voudrait bien avoir sa petite maman près de soi. C’est vrai que les mamans ont ce truc qui fait que, rien que de se sentir dorloté, on est déjà à moitié guéri.

Bon. Que fait-on alors quand maman est loin et qu’on est malade ?

On prépare son « coin » de repos et de combat contre le méchant virus

  • on garde à portée de main : un thermomètre pour prendre sa température (que l’on désinfectera après chaque utilisation – s’il s’agit d’un thermomètre buccal), une boîte de kleenex, une petite poubelle provisoire, une bouteille d’eau, les médicaments, un verre ou une tasse.

On s’entoure de douceur : c’est le moment de la « cocooning therapy »

  • je me love dans mon pyjama ou dans des vêtements ultra confortables.
  • je prends des bains ou des douches tièdes/chaudes… tous les jours (ben, il paraît qu’il y a des personnes qui restent plusieurs jours au lit sans aller se doucher ou se changer :s). Oui. Même lorsque la fièvre nous tient par 39.5 °C, que l’on est frigorifiée juste à l’idée de sortir du lit ou que plonger sous la douche nous donne l’impression de se jeter dans un lac gelé, on y va ! Même s’il faut grelotter entre le moment où l’on se déshabille et le moment où l’eau va couler sur la peau : hop, hop, hop ! Je suis une warrior !
  • je dors…autant que mon corps le demande. Je ne fais d’ailleurs que suivre ce que le docteur m’a dit : « Reposez-vous ! »
  • je bois, bois, bois….de l’eau, des tisanes, du thé, des infusions. Lorsque l’on a une grosse toux, les infusions de thym (même si elles n’ont pas très bon goût) ou de mélanges de plantes, comme la tisane Calme Toux – Les Jardins de Gaia font du bien. Sans oublier le miel, bien sûr.
  • je mange ce qu’il m’est agréable au palais et au moral…enfin, si je n’ai pas la gastro. Youpi ! plus d’excuses pour ne pas entamer cette tablette de chocolat qui me fait les yeux doux depuis quelques jours. Je redécouvre aussi le plaisir des soupes. Pas la force de cuisiner ? (déjà qu’on ne sait pas faire grand chose, ce n’est certainement pas malade que l’on va faire un excès de zèle et se mettre aux fourneaux, hein ?) Que faire alors ? On (r)appelle Monsieur Picard, pardi ! Et ça tombe bien, il livre à domicile. Des recettes sympas, des soupes, des purées (essayez celle au butternut, marron et cranberry, et vous me direz. Cela étant dit, je souhaite préciser que je ne fais pas l’apologie des plats déjà cuisinés, n’étant ni fan, ni grande consommatrice de ce genre d’alimentation. Mais dans certains cas, il faut dire que cette solution est bien pratique, surtout lorsque l’on vit seul.e).
  • on ne fait plus qu’un avec son plaid, son doudou (pas la peine de nier, on sait que vous en avez un), son coussin, son sweat-shirt à capuche favori.

Lire la suite

De nouvelles résolutions pour 2015 ?

Difficile de reprendre la « plume » après les terribles événements de cette semaine. Volontairement, j’ai attendu avant d’écrire ce billet, car il me semblait déplacé de parler de quoique ce soit d’autre. Et puis, je n’avais ni le coeur, ni l’esprit. Mais après cette grande journée d’hommage, il me semble pouvoir rompre le silence sur ce blog. (Il risque d’y avoir quelques passages mièvres…vous ne m’en voudrez pas, hein ?)

Question résolutions, pour ma part, je n’en ai prise aucune. Enfin si. Mais je ne peux les citer 😜 En revanche, pour ceux et celles déterminés à apporter quelques changements dans leur quotidien, voici une petite liste d’idées – si vous êtes en recherche d’inspiration :

  1. Tu n’attendras pas deux semaines pour changer de pyjama. D’après quelques articles de santé (comme celui du quotidien anglais Dailymail), il est recommandé de changer et laver son pyjama au moins toutes les semaines. Attendre davantage favoriserait la prolifération de bactéries et les infections cutanées, etc.
  2. Tu auras toujours une boîte de chocolats, de caramels ou autres gourmandises réconfortantes dans ta réserve en cas de coup de blues ou en cas de visite impromptue. Sans vouloir encourager la consommation d’alcool, je dirais qu’une p’tite coupe de bulles a aussi ses effets « remontants ». Enfin, vous m’aurez comprise : l’idée ici c’est d’avoir des provisions sympas à partager et/ou à user en cas de bourdon.
  3. Tu utiliseras plus souvent la fonction « appel » de ton smartphone (après tout, cet objet est bien vendu au rayon téléphonie, non ?) plutôt que sms/mp/post/email/système de messagerie électronique, pour contacter ceux que tu aimes, ceux qui te manquent ; parce qu’on dira ce que l’on veut, mais entendre la voix de quelqu’un que l’on affectionne réchauffe le coeur.
  4. Lorsque ton voisin te demandera s’il peut emprunter ton économe pour cuisiner un plat-surprise, tu n’auras pas peur de le lui prêter : il te le rendra….ou pas. Et dans ce cas, ce n’est pas la fin du monde !
  5. Au cours de la semaine, tu t’obligeras à faire au moins une activité qui te rend heureux/se. Cela te permettra de te sentir mieux dans tes baskets, plus en harmonie avec toi-même – surtout si tu es dans une période de grands changements, de déménagement, loin des tiens etc – et parallèlement d’être plus bienveillant/e envers les autres.
  6. En parlant de grands changements, tu seras patiente et indulgente avec toi-même, car s’adapter prend du temps… Donne-toi alors le temps, TON temps (chacun ne va pas au même rythme, alors surtout ne joue pas les comparaisons. Et dire que c’est moi qui dis ça 😅).
  7. Tu n’hésiteras pas à investir dans un TRÈS bon matelas et/ou lit, car, avant le travail, un  bon sommeil c’est la santé !
  8. La prochaine fois que tu t’achètes une plante, tu consulteras le fleuriste pour quelques conseils d’entretiens. Et si malgré tes efforts tu fais mourir ta compagne végétale au bout d’une semaine, ne sois pas timide : retourne chez le fleuriste pour lui demander s’il y a un moyen de la faire ressusciter.
  9. Tu t’occuperas de ta paperasserie et de tout ce qui administratif au fur et à mesure (sans oublier, bien sûr, de classer et de ranger progressivement), car tu as clairement mieux à faire les jours de repos, weekends, et vacances.

Et comme Sandra Bullock dans le film « Miss Détective », tu riras moins des Miss qui souhaitent ou prient pour un monde en paix, car, au fond, n’est-ce pas ce que nous espérons tous ? 🙂

wishing flowers

Et puisque je ne vous l’ai pas encore souhaité : Bonne Année à vous tous. Faites un voeu…et croyez-y !

Comment conserver ses fruits et légumes ?

« Je le mets au frigo ou pas ? »

Allez, avouez-le : vous vous êtes déjà posé la question une multitude de fois, lorsque vous aviez en main un concombre, un ananas ou bien un avocat. Pas vrai ? D’ailleurs, saviez-vous que, par exemple, il ne faut pas ranger certains fruits ensemble, pour éviter qu’ils ne s’abîment plus rapidement ?

Cette vidéo de Consomag (France2) sur la Conservation des fruits et légumes nous apporte quelques éclaircissements.

Je partage avec vous ces autres vidéos de allodocteurs traitant de diverses questions sur la façon de conserver ses aliments au frigo et au congélateur.

Si vous avez encore un peu de temps, n’hésitez pas à trouver d’autres conseils et astuces sur mes précédents billets « Comment bien conserver ses aliments » et « Comment conserver les aliments au frigo ».

Bon, alors, les fraises, vous les mettez au frigo ou pas ? 😉

Quoi emporter dans sa trousse de voyage ?

Vous partez bientôt en vacances ? Vous êtes un peu/super/hyper-condriaque ? Alors, prévoyez une trousse de voyage contenant quelques produits d’hygiène qui pourraient s’avérer utiles lors de votre séjour. Une première raison étant que l’on ne sait jamais vraiment où l’on va tomber (à moins de déjà connaître les lieux, ou d’avoir réservé un type d’hôtel/de résidence qui pour sûr n’offrira pas de mauvaises surprises).

Pour ne pas se gâcher l’existence – et les vacances – on remplit sa trousse avec :

  • Un flacon d’alcool à 90°C (si vous ne voulez pas prendre tout le flacon, vous pouvez toujours le mettre dans un spray de voyage) : il vous servira pour donner un p’tit coup sur la cuvette des WCs, ou bien sur les objets tels que la télécommande de la chambre d’hôtel.
  • Un antiseptique (à moins que vous l’ayez déjà dans votre trousse de secours/médicaments).
  • Des lingettes anti-bactériennes (ou bien le gel ou spray anti-bactérien de la marque assanis par exemple).
  • Des lingettes pour bébé : idéales pour se  » rafraîchir  » lorsqu’il fait chaud et que l’on a transpiré. Si vous en cherchez avec un doux parfum, sans paraben et sans alcool, je vous conseille les lingettes nettoyantes Klorane.
  • Du coton démaquillant.
  • Un rouleau de papier toilette : vous serez bien content(e) de l’avoir si à votre arrivée il n’y en a pas, ou bien si, à cause d’un mauvais sort, vous avez une soudaine envie pressante lors du trajet.
trousse de voyage – Incidence Paris

Des produits naturels pour le ménage et la lessive

Vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon noir, … : des produits dont nous entendons souvent parler mais dont nous ne connaissons peut-être pas les vertus et applications. De saines alternatives aux produits chimiques, industriels et décapants.

L’article de passeportsanté.net – « 5 produits naturels pour une maison saine » – nous en fait une présentation aussi succincte qu’intéressante, tout en nous livrant quelques astuces et recettes de produits d’entretien faits maison.

Alors, qu’en dites-vous ? Efficaces ou pas ? 🙂

Comment laver ses pinceaux de maquillage

Alors ? Cela fait combien de temps au juste que vous n’avez pas laver vos pinceaux de maquillage ? Si la réponse s’énonce en termes de plusieurs semaines ou mois, eh bien maintenant vous connaissez l’une des raisons (si pas la seule) pour lesquelles vous avez des petits boutons ou autres problèmes de peau. Forcément, il y a des résidus de poussières, de poudres, de sébum…je continue la liste ? 😉

Afin de garder un joli teint – et sain ! -, il est donc important de nettoyer ses pinceaux toutes les semaines, voire tous les 10 jours (selon si l’on se maquille tous les jours ou pas). En revanche, un lavage quotidien est préconisé pour les pinceaux servant à étaler des textures grasses ou épaisses (ex: fond de teint, anti-cernes,…).

Pinceau maquillage bareMineralsComment faut-il s’y prendre ? C’est très simple (et cela vaut pour toutes les formes et tous les types de pinceau) :

  1. Rincez le pinceau à l’eau claire et tiède. Ecartez bien les poils, de sorte qu’ils soient bien mouillés dans l’ensemble
  2. Shampouiner les poils avec du savon (par exemple : savon de Marseille, savon pour les mains,…). Il existe des solutions et shampoings spécialement élaborés pour nettoyer les pinceaux. Cela étant, le savon c’est tout aussi bien 😉
  3. Rincez abondamment le pinceau à l’eau tiède, jusqu’à temps que l’eau soit claire.
  4. Essorez en pinçant les poils et rincez à nouveau, mais cette fois-ci à l’eau froide. Assurez-vous que les poils du pinceau ont retrouvé leur couleur initiale. Sinon, procédez de nouveau à l’étape 2.
  5. Faites sécher le pinceau à l’horizontal, sur un papier absorbant ou bien sur une serviette en éponge. Surtout, ne le faites pas sécher à la vertical (dans un pot), car l’eau pourrait alors davantage s’infiltrer dans le bas du pinceau, faire gonfler le bois (si, effectivement, il est en bois), voire le faire moisir.

(Au fait, cela va sans dire, mais vos éponges de maquillage…elles aussi ont droit à leur bain quotidien…)

Et voilà ! Des pinceaux tout propres pour une peau éclatante ! (ça fait un peu slogan, non? 😉

Comment bien conserver ses aliments

Qui n’a pas déjà éprouvé un sentiment de déception – ou de détresse ? – en observant que le produit que l’on voulait tellement manger (ou utiliser pour concocter un plat), est périmé ?  » Oh flut alors ! ‘Y a plus de crème au chocolat ! « . Ou bien, qui n’a jamais oublié qu’il avait tel ou tel produit au fond du placard de la cuisine ?

Eh bien, ça c’était avant ! Désormais, vous pouvez aisément éviter de grands moments de frustration. Comment ? Les astuces sont toutes bêtes et aideront les plus distraits :

  1. On colle une étiquette sur les produits destinés à être rangés au placard, en notant bien lisiblement la date limite de consommation (DLC) ou d’utilisation optimale (DLUO). Grâce aux étiquettes, on a tout de suite une vue d’ensemble de la situation. Par là-même, les plus « petits » d’entre nous (j’en fais partie) n’auront plus à devoir systématiquement monter sur un escabeau pour vérifier ce qui est inscrit sur l’emballage.
  2. On peut aussi, pourquoi pas, pousser le vice en collant sur l’intérieur du placard une liste des aliments achetés (avec leur date). Pratique si le placard est étroit et que beaucoup de produits sont rangés les uns derrière les autres. Là encore, plus besoin de l’escabeau.
  3. Pour ce qui est des aliments qui vont au frigo, on les range par date limite de consommation ; à savoir les produits qui périment le plus rapidement sur le devant. En attendant de pouvoir s’offrir un frigo connecté et intelligent – comme le Samsung T9000 (arrivée prévue en Europe début 2014) – lequel nous permettra de gérer nos stocks d’aliments, de faire nos courses en ligne, ou de chercher des recettes de cuisine selon le contenu du frigo, il s’avère également utile de noter sur le produit (boisson, pot de crème, sachet de saumon,…) la date à laquelle on l’a ouvert (à l’aide d’un feutre ou d’une étiquette). Cela sert de repère pour une saine consommation et minimise le gaspillage. On évitera ainsi de jeter, par exemple, une bouteille de jus de fruits à moitié pleine (et dont la consommation est recommandée dans les 3-5 jours) parce que l’on ne se souvient plus quand elle a été ouverte.
  4. On n’oublie pas non plus d’étiqueter les aliments que l’on congèle, en notant la date de congélation.
  5. Il demeure essentiel de faire régulièrement l’inventaire du frigo et des placards (surtout si des paquets ont été ouverts) pour éviter les mauvaises surprises – comme un fromage complètement moisi – ou des visiteurs indésirables (mythes alimentaires,…).

Quelques réflexes à prendre. Mais…faciles non ?

Et vous, vous avez d’autres astuces du genre ?

Laver son sac à main, c’est bon pour la santé !

Parfaitement ! Vous avez bien lu ! Nettoyer son sac à main fait partie des tâches du quotidien à prévoir dans son agenda ; car après l’ordinateur, la souris et le téléphone portable, c’est votre sac à main qui ferait concurrence aux cuvettes de toilettes en termes de germes transportés ( « Women’s handballs are contaminated with more bacteria than the average toilet » ). Si l’on en croit une étude du Initial Washroom Hygiene, aussi bien l’intérieur que l’extérieur de votre sac seraient couverts de bactéries.

Nous n’avons effectivement pas tout le temps les mains propres lorsque nous farfouillons dans notre sac pour prendre les clés, le téléphone, le portefeuille, le rouge à lèvres, l’agenda, etc.  Ne parlons pas non plus des endroits où nous le posons lorsque nous sortons…

Pour toutes ces raisons, et pour éviter de nous infester, il est recommandé de nettoyer fréquemment son sac (intérieur et extérieur), de même que les objets que nous transportons :

– pour les objets : lingettes antibactériennes ou bien coton imprégné d’alcool

– selon la matière du sac : démaquillant ou lait nettoyant (sac en cuir) ; éponge imbibée d’eau tiède et de lessive ou de savon  (sac en plastique ou simili cuir). Surtout, n’oubliez pas la doublure (s’il y en a une) et les anses !

Enfin, quelques astuces pour éviter de polluer – autant que possible – votre sac et votre environnement :

– évitez d’y transporter de la nourriture (surtout si l’emballage est déjà ouvert) et en tous cas de consommer les aliments qui auront pu s’y déverser (pastilles, chewing gums, bonbons, etc)

– utilisez un porte-sac (ou accroche sac) pour ne pas devoir poser votre sac parterre, que ce soit au restaurant, au café, ou pire, dans les toilettes publiques…

– en rentrant à la maison, ne posez pas votre sac sur le lit, sur la table ou sur un plan de travail

Plus de bactéries sur votre clavier que sur la cuvette des toilettes !

C’est vrai que l’on ne pense jamais – ou pas assez en tous cas – à nettoyer nos si chers et précieux instruments nous permettant de rester connectés au monde.

Soyez francs : quand avez-vous, pour la dernière fois, nettoyé vos clavier et souris d’ordinateur ? Le clavier et écran tactile de votre portable ou smartphone ? Le combiné de votre téléphone fixe ?

Et pourtant. Différentes études ont montré qu’ils peuvent être de vrais nids à bactéries et germes, dangereux pour la santé :  » selon le microbiologiste Charles Gerba de l’INRS (l’Institut national de recherche et de sécurité), un bureau informatique compte en moyenne 400 fois plus de bactéries que la cuvette des toilettes «  !! (Doctissimo.fr)

A tel point qu’une société d’assistance informatique – TechBow Metz – se réserve désormais le droit de facturer un supplément de 5€ lorsque l’hygiène des équipements qui leur sont confiés pour une intervention, ne correspond pas à un cadre normal d’utilisation. Lire la suite

Comment nettoyer son frigo

En mode  » régime d’été « , vous ne vous nourrissez que de gaspacho et de yaourt ? Votre frigo fait triste mine, mais vous, vous avez le sourire car vous vous sentez légère, légère ! Votre frigidaire est donc vide ? C’est l’occasion idéale pour le nettoyer, et pour vous entraîner à cette tâche qui doit être répétée une fois par semaine ou bien tous les 15 jours, si vous avez bien rangé et emballé vos aliments.

Pourquoi ?

Pour éviter la prolifération de bactéries (salmonelle et listeria).

Comment ?

– d’abord, on sort les aliments…enfin, s’il y en a 😉 Cela permet d’ailleurs de vérifier la date de péremption des produits et de s’assurer qu’ils sont encore consommables. Petite astuce : si vous ne vous fiez pas à vos sens du goût et de l’odorat, vous pouvez toujours noter au feutre, sur l’emballage du produit, la date à laquelle vous l’avez ouvert.

– on retire les étagères et les bacs compartiments que l’on lavera séparément.

– on nettoie bien les parois intérieures à l’aide d’une éponge, imprégnée d’un mélange d’eau chaude et de vinaigre blanc. Puis, on sèche avec un chiffon propre. Vous pouvez également utiliser une vieille brosse à dents pour récurer les joints ou parties moins facilement accessibles. A savoir : il vaut mieux s’abstenir d’utiliser javel ou produits ménagers, car ils peuvent être toxiques pour les aliments.

– attendez. Ce n’est pas tout. Maintenant que vous vous êtes occupée de l’intérieur, il faut aussi nettoyer l’extérieur 😉 Un simple mélange d’eau et de savon doux devrait faire l’affaire (selon le revêtement). Séchez également avec un chiffon doux et propre.

Si vous remarquez qu’il y a une couche épaisse de givre (3 à 4 mm) à l’intérieur, au fond du frigo, pensez alors à le dégivrer, de même que le congélateur. Non, vous n’avez pas besoin de vous vêtir avec une tenue de ski. Encore moins de prendre une pelle ou un rasoir. Il suffit juste de débrancher le frigo et de le laisser ouvert. Veillez à avoir placé une serpillère, car de l’eau va couler 😉 Cette opération permettra une économie sur votre consommation électrique et une plus longue longévité de votre appareil.

Ah oui. Vous y aurez certainement pensé, mais on ne sait jamais : le nettoyage et le dégivrage se font AVANT… d’aller faire les courses…!